Espace publicitaire
Français English Deutsch Arabic Russian 

Présentation du Cameroun !

Cliquez pour agrandir l'imageLe Cameroun, pays d'Afrique centrale ouvert sur l'océan Atlantique. Sa capitale est Yaoundé. Le Cameroun est membre du Commonwealth.
Le Cameroun est limité à l'ouest par le Nigeria, au nord-est par le Tchad, à l'est par la République centrafricaine, au sud par le Congo, le Gabon et la Guinée équatoriale.

Depuis le golfe de Guinée (golfe du Biafra), le Cameroun s'étire vers le nord jusqu'au lac Tchad, formant un triangle de 475 442 km² de superficie, qui relie l'Afrique équatoriale et l'Afrique occidentale.

Cliquez ici pour télécharger la carte du Cameroun

Relief et hydrographie

Le Cameroun se divise en plusieurs régions. Au sud, la plaine côtière et l'intérieur des terres sont couverts d'épaisses forêts tropicales tandis qu'en direction du nord celles-ci font place à la savane puis à la steppe soudano-sahélienne, qui se termine par des marécages en bordure du lac Tchad. Le trait dominant de son relief est le massif de l'Adamaoua, un arc montagneux qui sépare le nord et le sud du pays. Ses plateaux, à une altitude moyenne de 1 370 m, dominent les plaines de la Bénoué, au nord et à l'ouest, le long de la frontière avec le Nigeria. Plus redressé au nord et à l'ouest, où il s'élève jusqu'à 2 460 m, l'Adamaoua se prolonge au sud-ouest par de hautes montagnes d'origine volcanique où culmine le mont Cameroun à 4 095 m. Ce volcan est encore en activité. Les émanations de gaz toxiques du lac Nyos, formé dans l'un des cratères, avaient fait plus d'un millier de victimes en 1986, et la concentration de gaz en profondeur semble aujourd'hui se renouveler. L'Adamaoua détermine aussi l'orientation hydrographique du Cameroun. Le Logone s'écoule vers le nord, du plateau central vers le bassin du Tchad. La Bénoué y prend également sa source et relie l'est et le nord du plateau au vaste réseau fluvial du Niger à l'ouest (Nigeria). Vers le sud, le massif donne naissance à de nombreux fleuves côtiers nationaux, dont la Sanaga et le Nyong, qui se jettent dans l'Atlantique. Ses sources alimentent aussi le bassin du fleuve Congo (Sangha), à l'est.

Le climat, la flore et faune

Le Cameroun comme Afrique en miniature n'a pas de climat uniforme.
  • Parce qu'il a des plaines très basses (plaine côtière ; Plaine du Tchad) et des montagnes très élevées (Mont Cameroun, Manengouba, Tchabal Ndabo, Mambila).
  • Parce qu'il a des régions proches de la mer et d'autres très éloignées.
  • Parce qu'il est soumis à des vents différents (Harmattan, Mousson)

Températures
  • Latitude : en allant de Yaoundé à Maroua la température augmente.
  • La mer elle adoucie le climat
  • L'altitude : il fait plus frais à Yaoundé (760m) qu'à Douala (13m) ; à Bamenda (1 520m) qu'à N'Gaoundéré (1 100m).
Pluies et vents
Janvier : c'est le règne de L'Harmattan, vent froid et sec venant du Nord. A Douala, c'est l'époque du minimum de pluies.
Juillet : les vents humides venant de la mer (Mousson) remontent sur le centre : c'est la saison humide.
Notons la diminution régulière de l'humidité de la côte de l'Atlantique au Lac Tchad ;
Le rôle important de reliefs : des versants du Sud- Ouest des montagnes condensent la vapeur d'eau et ont une forte pluviosité ;le Mont Cameroun est en partie responsable de la pluviosité très forte de Douala (4.294 m).

Du nord au sud, on distingue une zone de steppe, une zone de savane d'altitude et une zone forestière. La forêt tropicale est riche en espèces naturelles ou cultivées (bambou, palmier à huile, hévéa, acajou, teck et ébène). La faune sauvage est extrêmement variée et relativement préservée, au sein de parcs nationaux : singes, chimpanzés et gorilles se rencontrent au sud ; antilopes, lions et éléphants, au nord.

Régions Climatiques
  • Climat tropical : Adamaoua et Nord
  • Alternance d'une saison sèche qui raccourcit vers le Nord
  • N'Gaoundéré a 02 saisons égales
  • Garoua et Maroua subissent une sécheresse totale pendant cinq à huit mois
  • Climat équatorial : Centre et Sud
  • Humidité élevée
  • Beaucoup de nuages
  • Pluies abondantes et régulières
  • Deux saisons pluvieuses et 02 sèches

Forêt tropicale humide
De denses forêts tropicales humides s'étendent dans le sud et sur les plaines côtières du Cameroun et, sur le plateau central du pays, cèdent peu à peu la place à la savane. Le climat tropical humide du sud favorise la croissance de palmiers, d'acajous, de tecks, d'ébéniers et d'hévéas. Ces régions boisées abritent une flore et une faune variées. Le Cameroun dépend d'ailleurs en grande partie de ses ressources forestières, convoitées dans le monde entier.
Stations Latitude / Altitude Moyenne Annuelle Mois le plus Chaud Mois le plus Froid 
Douala 4° 13m 26°4 Mars 32°1 Sept 22°9
Yaoundé 4° 760m 23°5 Mars 30°8 Oct. 18°6
Bamenda 6° 1520m 19°5 Mars 26°4 Déc. 13°5
N’Gaoundéré 7°5 1100m 22°5 Mars 33°2 Déc.-janv 12°5

Agriculture

Principale ressource du pays, l'agriculture occupe 60,6 p. 100 de la population active et représente 19,9 p. 100 du PIB. Les principales cultures d'exportation sont le café, le cacao, le coton, le tabac et la banane. En 2006, les productions annuelles de coton et de cacao atteignaient respectivement 58 000 tonnes et 164 553 tonnes. Les principales cultures vivrières sont le sorgho, l'igname, l'arachide, le manioc, le maïs, le mil et la banane plantain.

L'élevage, activité traditionnelle des Peul, est important dans le massif de l'Adamaoua et dans les savanes du Nord, et l'exportation de bétail sur pied en direction des villes de la côte a bénéficié de la dévaluation du franc CFA. En 2006, le cheptel comptait 6 millions de bovins, 3,8 millions d'ovins et 4,4 millions de caprins. L'élevage de porcs est développé dans le Sud.

La production de bois consiste essentiellement en bois d'acajou, d'ébène et de teck provenant des grandes forêts tropicales du Sud. Les coupes annuelles atteignaient 11,4 millions de m³ en 2006. Jusqu'à une période récente, la pêche traditionnelle concernait surtout les poissons d'eau douce destinés à la consommation locale. Cependant, la pêche en mer s'est développée rapidement, notamment dans la région de Douala. En 2005, les prises annuelles s'élevaient à 142 682 t (dont environ la moitié de poissons d'eau douce).

Economie

Le Cameroun dispose de vastes ressources, aussi bien agricoles que minières et pétrolières. Il a connu une croissance importante entre 1977 et 1985 (plus de 10 p. 100 par an) grâce à la valorisation de ses ressources pétrolières et de ses exportations agricoles. Après une période de crise économique profonde et durable due à la dégradation des termes de l'échange (en baisse de 44 p. 100 entre 1986 et 1988) et à la concurrence avec son voisin nigérian, parallèlement à une augmentation des dépenses publiques, le pays a mené à partir de 1988 une politique d'ajustement sous l'égide du Fonds monétaire international (FMI). La dévaluation du franc CFA en 1994 a permis une relance des exportations et un redressement de l'économie.
Le Cameroun bénéficie de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE), qui doit conduire à un allègement de la dette au profit de la lutte contre la pauvreté (en 2001, 40,2 p. 100 de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté). Même si elle reste fragile, l'économie camerounaise a renoué avec la croissance : pour la période 2006, le taux de croissance du PIB s'élève à 3,80 p. 100. En 2006, le PIB était estimé à 18,32 milliards de dollars. Le PIB par habitant s'élevait à 1 008,20 dollars.
Monnaie franc CFA
PNB 13 milliards de dollars (2004)
990 dollars par habitant (2006)
PIB 18,3 milliards de dollars (2006)
1 008,2 dollars par habitant (2006)
Taux de croissance du PIB 3,8 % (2006)
Taux d'inflation  3,7 % (2006)
Taux de chômage 7,5 % (2001)
Balance commerciale 35,2 % des importations (2002-2004)
Part du secteur primaire 60,6 % de la population active (1990)
19,9 % du PIB (2006)
Part du secteur secondaire 9,1 % de la population active (1990)
33,2 % du PIB (2006)
Part du secteur tertiaire 23,1 % de la population active (1990)
46,9 % du PIB (2006)

Ressources naturelles, Démographie

Outre les importantes ressources forestières, le Cameroun possède des gisements très rentables de bauxite au nord du pays. Des réserves de gaz naturel et des gisements de pétrole sont exploités en haute mer, au large de Douala. L'or est extrait en petites quantités, de même que le minerai d'étain et la pierre à chaux. Le réseau hydrographique offre un potentiel hydroélectrique considérable mis à profit dans des installations métallugiques (usine d'Edéa).

Démographie
En 2008, la population camerounaise est estimée à 18,5 millions d'habitants. Le taux de croissance annuel de la population atteint 2,22 p. 100. En 2008, l'indice de fécondité demeure élevé (4,4 enfants par femme) tandis que le taux de mortalité infantile est de 65 p. 1 000 et l'espérance de vie à la naissance de 53 années.
La densité de population (39 habitants au km² en moyenne) varie selon les régions. Elle est plus concentrée dans les grandes agglomérations du Sud, ainsi que dans les montagnes de l'Ouest et la zone de savanes du Nord.

Cette dernière est peuplée par les Peul, des pasteurs semi-nomades. Les Kirdis, des agriculteurs, vivent également au nord, dans les montagnes des Kapsiki. Le Sud est principalement habité par les peuples de langue bantoue : la communauté la plus importante est celle des Bamileke, qui sont des commerçants dynamiques. Les forêts du Sud constituent l'un des derniers refuges pour les Pygmées.
Population 18 467 692 habitants (2008)
Densité de population 39,3 habitants au km2 (2008)
Taux de fécondité 4,4 enfant(s) par femme (2008)
Taux de mortalité 12,4 ‰ (2008)
Taux de mortalité infantile 64,6 ‰ (2008)
Taux de croissance de la population 2,22 % (2008)
Espérance de vie hommes : 52,5 ans (2008)
femmes : 54,1 ans (2008)
Population par tranches d'âge moins de 25 ans : 62 % (2008)
25-64 ans : 34,8 % (2008)
plus de 65 ans : 3,2 % (2008)
Taux d'urbanisation 52,9 % (2005)
Taux d'alphabétisation hommes : 86,2 % (2005)
femmes : 76,1 % (2005)
IDH 0,506 (2006)

Villes principales

Environ 53 p. 100 des Camerounais vivaient en ville en 2005. Mais l'exode rural ne cesse de s'accélérer, notamment en direction de Yaoundé (435 900 habitants en 1981, 1 616 000 en 2003), capitale et principal centre commercial. Douala est le port le plus important sur le golfe du Biafra (637 000 habitants en 1981, 1 494 700 en 2001). Les autres villes sont N'kongsamba (130 000 habitants), Maroua (140 000 habitants), Bafoussam (120 000 habitants) et Foumban (50 100 habitants).

Langues et religions
Un quart environ de la population est animiste. Les musulmans (22 p. 100) habitent principalement le Nord tandis que les chrétiens (33 p. 100 catholiques, 17 p. 100 protestants) peuplent le Sud. Le français et l'anglais sont les langues officielles, les francophones (78 p. 100 de la population totale) étant plus nombreux que les anglophones (22 p. 100). Les langues soudanaises sont parlées dans le Nord, les langues bantoues dans le Sud (voir Afrique, langues d').

Institutions et vie politique
Depuis 1990 et l'instauration du multipartisme, le Cameroun connaît une difficile démocratisation du régime. La vie politique continue d'être dominée par l'ancien parti unique fondé par le président Ahmadou Ahidjo en 1966, le Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), dont le leader Paul Biya préside le pays depuis 1982. Les principaux partis d'opposition sont le Front social démocrate (Social Democratic Front, SDF), anglophone, et l'Union démocratique camerounaise (UDC).
Le système politique camerounais est régi par la Constitution de 1972, révisée en 1996. Le président de la République est le chef de l'État et le commandant des forces armées. Il est élu au suffrage universel pour un mandat de sept ans. Le Premier ministre est nommé par le président, de même que ses ministres. Le président nomme également les gouverneurs des 10 provinces que compte le pays. Le pouvoir législatif est dévolu à une Assemblée nationale monocamérale qui compte 180 membres, élus au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans.

Échanges

Le secteur des services emploie 23,1 p. 100 de la population active et contribue à 46,9 p. 100 du PIB. Le Cameroun appartient à la zone franc. Sa monnaie est le franc CFA, divisé en 100 centimes. Elle est émise par la Banque des États d'Afrique centrale (BEAC), basée à Yaoundé. En janvier 1994, le franc CFA fut dévalué de 50 p. 100 par rapport au franc français.
En 2006, la dette extérieure du pays représente 17,50 p. 100 du PNB. Les principaux partenaires économiques du Cameroun sont la France, l'Italie, l'Allemagne, les Pays-Bas et les États-Unis.
Le Cameroun possède quelque 50 000 km de routes, dont 10 p. 100 seulement sont bitumées. La plupart sont impraticables en saison des pluies. Le pays est également doté d'un réseau ferré de 1 016 km. Le trafic portuaire s'effectue essentiellement à Douala, qui sert aussi de port de commerce pour les pays voisins dépourvus de débouchés maritimes. Le deuxième port, Kribi, devrait bientôt accueillir un oléoduc servant à écouler le pétrole exploité dans le sud du Tchad, mais il existe une forte opposition à son passage en territoire camerounais de la part des populations concernées. Plus au nord, sur la Bénoué, le port de Garoua est ouvert trois mois par an au commerce fluvial avec le Nigeria. Air Cameroun exploite des lignes intérieures et internationales. Le principal aéroport est situé à Douala. L'organisme de radiodiffusion et de télévision, contrôlé par l'État, a son siège à Yaoundé.
Partager sur Facebook Partager sur Twitter
Partager sur Messenger Partager sur LinkedIn Partager sur Google Buzz Partager sur Delicious

Nos circuits touristiques Inter.

Circuits réservés aux non résidents
Tourisme Affaire
Trésors et diversité culturelle
Chefferies et traditions
Pygmées et forêt équatoriales
Découverte du grand Nord
Sanctuaire culturel de KOMA
Découverte des hauteurs
Détente océaniques
Christianisme
Islamique

Nos circuits touristiques Nation.

Circuits réservés aux résidents
Week-end de détente
Congé annuel
 
 

Copyright © 2014.CAMEROUN TOURISMERéalisation : CELESTECOM